Influenza aviaire

Influenza aviaire

À la suite de la découverte d’un cas d’influenza aviaire hautement pathogène de type H5N8 dans une animalerie de Bastia en HAUTE-CORSE, le ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation a décidé le passage en risque élevé sur l’ensemble du territoire national. Cette décision s’applique en CREUSE, même si aucun cas n’y a été détecté à ce jour et qu’il n’y a pas de zone à risque particulier, notamment par rapport aux couloirs de migration.

La souche isolée en Corse n’est pas transmissible à l’homme. Par ailleurs la consommation de viande, foie gras et œufs – et plus généralement de tout produit alimentaire – ne présente aucun risque pour l’homme.

Le risque « élevé » entraîne la mise en place de mesures de protection renforcée sur l’ensemble du territoire national :

  • Obligation de confinement ou de pose de filets empêchant tout contact avec les oiseaux sauvages pour les élevages commerciaux de volailles et les basse-cours de particuliers.

Les éleveurs commerciaux peuvent demander une dérogation à cette mesure auprès de la Direction départementale de la cohésion sociale et de la protection des populations de la CREUSE (DDCSPP), pour des raisons de bien-être animal, de technique d’élevage ou des contraintes liées à un signe de qualité. La demande de dérogation doit être accompagnée d’un compte rendu de visite réalisée par le vétérinaire sanitaire de l’élevage. Il n’y a pas de dérogation possible pour les basse-cours de particuliers.

  • Interdiction d’évènements rassemblant des oiseaux (concours, foires, expositions)
  • Interdiction de compétitions de pigeons voyageurs avec lâchers
  • Interdiction de transport et de lâchers de gibier à plumes pour la chasse
  • Interdiction de l’utilisation d’appelants pour la chasse au gibier d’eau

 

Les mortalités d’oiseaux sauvages – dès le 1er oiseau pour les oiseaux d’eau ou à partir de 3 oiseaux pour les autres espèces – sont à signaler auprès de l’Office français de la biodiversité (OFB) en vue d’un dépistage : 05 55 52 24 81

En parallèle de ces dispositions des mesures de biosécurité strictes doivent être respectées dans toutes les exploitations de volailles et par toute personne susceptible de pénétrer dans un élevage.

Une surveillance quotidienne des élevages commerciaux et non commerciaux s’impose, les symptômes suspects et notamment, hausse de mortalité, chute de consommation alimentaire, chute de ponte, symptômes respiratoires, digestifs ou nerveux, doivent être immédiatement signalés au vétérinaire sanitaire de l’exploitation ou à la DDCSPP.

Contact DDCSPP : Anny BORD 05 55 41 72 24/ 05 55 41 72 26